© 2019 - Sébastien Lacroix

ANATOPIE :: 2016

 

2016, Vallée du Giffre, Haute-Savoie, France

 

structure 3,54x3,54x1,77 m, acier corten

 

réalisée avec l’équipe de Forges & design [Gunter Lepoutre].

Ingénieur et coordination : Pierre De Dieuleveult 

 

Le bout du monde / Anatopie est un voyage, une invitation vers d’autres lieux, un vecteur de réflexions et de récits imaginaires. 

 

Il questionne nos origines et notre désir d’exploration et de découverte aujourd’hui. Il prend au mot la notion trouvée sur une carte : Le bout du monde. Que signifie aujourd’hui cette notion de bout du monde, nom donné au fond de combe du Giffre au XVIè siécle ?

Ce projet qui était aussi un projet participatif avec la population locale a permis de réaliser un sondage sur la question. Les réponses à ce questionnaire ont été enfermé dans la structures pour les générations futures. 

 

Plus généralement ce projet fait référence au film d’herzog Aguirre, la colère de Dieu (1972).

Cette structure est une plateforme au forme futuriste qui répond au radeau qu’empreintaient les conquistadors pour découvir le nouveau monde. Le giffre en cru donne cette impression d’amazone.

--

A l’origine un site que l’on nomme Le bout du monde là même ou le Giffre prend sa source. 

Ce terme nous évoque de lointaines explorations. Il y a quelques siècles à peine, l’explorateur trouvait ici la définition des limites du monde.

Aujourd’hui les explorations ont pris un autre visage, Le bout du monde se situe plus que jamais vers les étoiles.

Le bout du monde / Anatopie1 est une structure métallique localisée aux abords du Giffre telle une résurgence. Cette structure évoque une civilisation utopique, une exploration d’un autre temps, échouée là dans le sable noir du Giffre telle un vestige remontant à la surface, oubliée ou tombée du ciel.

Sa géométrie instable et variable, empreintée au déconstructivisme2 est une réponse esthétique à l’idée que l’on se fait aujourd’hui d’une civilisation future. Elle donne à imaginer par la liberté de ses formes, une impression de technologie avancée, qui pour autant fait déjà parti du passé.

 

Ainsi les bords du Giffre se trouvent, un laps de temps, propulsés dans une zone inconnue, une terre vierge. Entre archéologie du futur et colonisation d’une époque lointaine, le présent fait appel au passé et à l’avenir de la même façon et semble se confondre.

 

Sur ses flans sont gravés de minuscules dessins provenant de la population locale, il forme une suite de hiéroglyphes décrivant un message énigmatique à destination des générations futures, en référence à la plaque de Pioneer3. L’équation de Drake4 est également inscrite sur la structure comme symbole fort des explorations à venir. Elle invite à se tourner vers les étoiles et à reconsidérer la notion de nature à laquelle nous appartenons.

 

 

 

 

1 :  Terme imaginé par l’artiste. Il désigne un lieu qui n’est pas situé au bon endroit, un paysage comportant une erreur de localisation. L’anatopie est au lieu ce que l’anachronisme est au temps.

2 : Mouvement artistique propre à l’architecture qui déstructure les règles de l’architecture moderne.

3 : Plaque métallique embarquée à bord de deux sondes spatiales lancées en 1972 et 1973, Pioneer 10 et Pioneer 11, sur laquelle un message pictural de l’humanité est gravé à destination d’éventuels êtres extraterrestres. Les sondes Pioneer furent les premiers objets construits par des humains à quitter le système solaire.

4 : Cette équation a été suggérée par l’astronome Frank Drake en 1961 afin de tenter d’estimer le nombre potentiel de civilisations extraterrestres dans notre galaxie avec qui nous pourrions entrer en contact. N = R x Fp x Ne x Fl x Fi x Fc x T

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now